Philosophie > Du bon usage des sectes

Commentaires   Flux RSS  

 

Les faux pas de l’enquête sénatoriale sur les charlatans des médecines douces

30/04/2013

 

Oui, bien évidemment, le Sénat est dans ses prérogatives et dans sa légitimité quand il s’inquiète des agissements potentiellement nocifs des non médecins dans le domaine de la santé et des risques que les médecines non conventionnelles peuvent engendrer dans le système de santé. Oui, il est nécessaire d’être vigilant et de savoir ce qui se passe dans la société.

 

Le problème est que la démarche sénatoriale risque d’être peu efficace pour trois raisons principales :

 

1 – Les sénateurs veulent tracer une frontière nette entre médecine classique et médecines non conventionnelles, la première étant selon lui la seule valide car établie et appliquée scientifiquement, la seconde pouvant dès lors être considérée comme délinquante et éventuellement poursuivie.

C’est une erreur de poids car, concrètement, la vraie frontière est plutôt entre les praticiens éthiques et les autres, quelle que soit leur discipline, validée scientifiquement ou non.


La meilleure solution serait de donner un certain statut, selon des procédures à imaginer, aux pratiques nouvelles ou différentes, statut qui pourrait être surveillé en permanence par des ordres ou des instances de suivi professionnels.

 

2 – Le Sénat tombe dans le piège de parler de « sectes » et de « dérives sectaires », ce qui le conduit à une impasse. En effet, ces mots n´ont pas plus de définition scientifique que juridique, d’où l’extrême difficulté d’agir contre les supposées dérives, faute de pouvoir bien les caractériser. L’échec de la loi About-Picard dans ce domaine en est la preuve.

 

Mieux vaudrait parler d’éthique et de veiller à ce que les référentiels soient bien respectés aussi bien chez les médecins que chez les praticiens non conventionnels.

 

3 – Le Sénat emboîte le pas de la Miviludes et des associations antisectes qui procèdent plus par la peur et la dramatisation que par l’analyse objective et rationnelle des situations. Et comme la presse en rajoute dans ce domaine, on amalgame tout, on stigmatise finalement les bons professionnels comme les escrocs avec très peu de résultats : en effet, l’offre de voies alternatives a explosé et échappe désormais à tout contrôle.

 

À l’arbitraire dont les antisectes sont coutumiers, confondant leurs peurs, leurs croyances avec les véritables risques, nous opposerions une épistémologie impartiale, méthodique et transparente sur ces questions, ainsi qu’une plus grande éducation des citoyens à la pensée autonome et à l´esprit critique.

 

> Extraits et commentaires sur le rapport "Mouvements sectaires et santé" du Sénat.

 

 

 

Permalink:

Dernières mises à jour:

Philosophie - Du bon usage des sectes

 

16/10/2013 ¦ Philosophie ¦ Du bon usage des sectes

La politique française contre les « sectes » : pionnière ou… intolérante ?

17/09/2013 ¦ Philosophie ¦ Du bon usage des sectes

Plus de 2600 share et de 1900 like pour cet article d´Ouvertures

26/08/2013 ¦ Philosophie ¦ Du bon usage des sectes

Comment l´Etat s´organise et lutte contre les approches naturelles

13/04/2013 ¦ Philosophie ¦ Du bon usage des sectes

Rapport Milon (Sénat) « Dérives sectaires » et santé : ce que les journalistes vous cachent

4/03/2013 ¦ Philosophie ¦ Du bon usage des sectes

L’État contre les médecines douces : une perte de chance pour les malades

23/02/2013 ¦ Philosophie ¦ Du bon usage des sectes

Christophe Barbier ou l’intelligence pétrifiée

6/02/2013 ¦ Philosophie ¦ Du bon usage des sectes

Commission d´enquête «sectes et santé» : «Politiques, cessez de diaboliser les médecines douces !»

24/12/2012 ¦ Philosophie ¦ Du bon usage des sectes

Notre Messie national nous a sauvés !

29/11/2012 ¦ Philosophie ¦ Du bon usage des sectes

Le Dr Alain Scohy, bête noire des ennemis des médecines douces, s’explique dans une vidéo

14/11/2012 ¦ Philosophie ¦ Du bon usage des sectes

Autisme : la psychanalyse française dénoncée comme «dérive sectaire» à la Miviludes par une ONG

1/11/2012 ¦ Philosophie ¦ Du bon usage des sectes

Pour Sciences & Avenir, l’ouverture d’esprit est un «risque de dérive sectaire»

17/09/2012 ¦ Philosophie ¦ Du bon usage des sectes

Georges Fenech (ex-Miviludes) reconnaît les limites des listes parlementaires des « sectes »

13/07/2012 ¦ Philosophie ¦ Du bon usage des sectes

La Cour européenne des droits de l´homme dit la Suisse fondée à interdire l´affichage public de Raëliens

6/07/2012 ¦ Philosophie ¦ Du bon usage des sectes

La magie des mots au service de la bonne conscience

22/05/2012 ¦ Philosophie ¦ Du bon usage des sectes

Affaire Moulinier : l’argument discutable des « données acquises de la science »

16/05/2012 ¦ Philosophie ¦ Du bon usage des sectes

Politique antisecte : « Le bon sens, un danger pour les intérêts financiers ? »

15/05/2012 ¦ Philosophie ¦ Du bon usage des sectes

Nouveau code de déontologie médicale : Médecins, rentrez dans l´ordre !

11/05/2012 ¦ Philosophie ¦ Du bon usage des sectes

Une simple investigation sur la politique antisecte désamorcerait les tensions

9/05/2012 ¦ Philosophie ¦ Du bon usage des sectes

L’essentiel de la liste noire des voies « à risques sectaires », selon la Miviludes

8/05/2012 ¦ Philosophie ¦ Du bon usage des sectes

« Nouvel Âge » : La liste des voies qui peuvent désormais vous causer des ennuis avec la justice

 

1 2 3   PAGES SUIVANTES »